top of page

La Terre, élément de l’automne

Après l’Eau hivernale, l’Air printanier et le Feu estival, il ne nous restait plus qu’à vous présenter la Terre, élément naturel associé à l’automne. Rappelons-le, chaque saison est liée à l’un des 4 éléments précités. Ils influent sur toute forme de vie et agissent ainsi sur notre façon d’être, chaque personne ayant un profil « dominé » par l’un de ces éléments.


Nous vous invitons aujourd’hui à découvrir ce qui se cache derrière la Terre.




S’ancrer dans la terre


Le premier mot que l’on peut associer à la Terre, c’est l’ancrage. Si vous avez un profil à dominante Terre, cela se traduit par de la stabilité, un contact important avec le monde matériel, le concret.

Qui n’a jamais entendu, par exemple lors de périodes de stress ou de surmenage, lorsqu’on se sent un peu dans le chaos : « est-ce que tu es bien ancrée dans la terre ? »


Le problème, c’est qu’on ne sait pas toujours comment faire. Cet ancrage est pourtant essentiel pour les personnes sensibles et la gestion de leurs émotions. Pour vous donner une idée sous forme imagée, l’ancrage se passe en plaçant sa conscience au niveau du bassin, du sacrum plus exactement. C’est comme si l’on avait une queue de kangourou qui nous maintenait bien vers l’arrière, assurant une connexion au sol.


Marcher pieds nus dans la nature est aussi une excellente manière de parvenir à s’ancrer.

Si vous rencontrez des difficultés concernant votre faculté à vous ancrer vous permettant de vivre au mieux votre quotidien et vos émotions, n’hésitez pas à nous contacter pour en discuter. Nous pourrons très certainement trouver des solutions pour vous aider.



Solide comme un roc


Les profils où l’élément Terre prédomine sont caractérisés par la solidité. Vous êtes quelqu’un de déterminé, endurant, persévérant, fiable, honnête et réaliste. On peut compter sur vous pour tenir les promesses que vous faites et vous êtes doté·e d’un grand sens des responsabilités.


D’ailleurs, au niveau professionnel, vous êtes un·e gros·se bosseur·se organisé·e, méticuleux·se, structuré·e, qui sait où il/elle va. Vous savez comment vous rendre présent·e et rassurant·e auprès des autres. Bref, vous gérez !


Ayant besoin de stabilité et sécurité financière, vous savez planifier et mettre en place ce qu’il faut pour y parvenir, tout en faisant preuve d’une grande patience. Rien ne sert de courir comme on dit ! Vous prenez le temps de faire les choses bien.


Un excès d’élément Terre pourra toutefois indiquer une difficulté de connexion et de communication (élément Air), un manque de confiance en soi (élément Feu) ou encore des difficultés à utiliser votre sensibilité et votre intuition (élément Eau).


Le lien aux ancêtres



La Terre, c’est aussi l’humus, symboliquement l’humus dans lequel nous sommes né·e·s. C’est le lien avec notre lignée. S’ancrer dans la terre, c’est ainsi garder le contact avec nos ancêtres. Savoir d’où l’on vient.


C’est d’ailleurs en automne que nous célébrons nos ancêtres le 31 octobre, à Samhain.


Samhain est une fête sacrée très importante dédiée au recueillement et à l’hommage des personnes et animaux que nous aimons et qui ne sont plus de ce monde. Ainsi, dès le 31 octobre au coucher du soleil et durant les premiers jours de novembre, nous honorons ces êtres qui nous ont quitté, en nous remémorant les bons moments passés avec eux, et tout ce qu’ils nous ont apporté.


Samhain est en effet un temps de l’année très particulier au niveau spirituel et énergétique. Cela correspond à la fin des moissons, à l’arrêt progressif de la croissance des végétaux, qui s’éteignent petit à petit en attendant le printemps prochain. Tout cela symbolise une certaine mort. C’est pour cela que l’on considère Samhain comme le moment où le voile entre le monde des vivants et celui de ceux qui sont partis est le plus fin, ce qui faciliterait le contact avec l’Invisible.


Il peut être très intéressant pour les personnes ayant perdu un être cher dans l’année de célébrer Samhain afin d’avancer dans le processus de deuil.


Il existe 1001 façons de fêter Samhain, chacun·e peut décider de la manière dont il souhaite célébrer ses disparus, et plus particulièrement ses ancêtres, il n’y a pas de règle. À vous de choisir la vôtre !


Sources :

Marie Marchand - www.theraforma.com


Rédactrice - Stéphanie Faustin (@unpasplusvert)

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page